Emprunter
LaVieImmo.com
EmprunterEmpruntermardi 4 mai 2010 à 08h48

Les taux immobiliers touchent leur plancher


Fin de la baisse amorcée en novembre 2008
Fin de la baisse amorcée en novembre 2008
Fin de la baisse amorcée en novembre 2008 (©dr)

Au mois d’avril, Empruntis n’a pas observé d’évolution notable des taux d’emprunts immobiliers. La tendance devrait rester à la stabilisation dans les prochaines semaines.

(LaVieImmo.com) - La baisse touche à sa fin. Après plusieurs mois de repli, les taux fixes des crédits immobiliers aux particuliers n’ont subi aucune « variation importante » entre les mois de mars et avril, indique le courtier Empruntis.com, qui dévoile son dernier baromètre lundi. « Seules les durées phares enregistrent de très légers mouvements baissiers, de l’ordre de 0,05 % ». Au 3 mars, en moyenne nationale, les taux des prêts immobiliers à 15, 20 et 25 ans s’établissent à 3,60 %, 3,75 et 3,95 % respectivement, contre 3,65 %, 3,80 et 4,05 % le 1er avril.

Statu quo

« La grande majorité des banques, après quelques très légères baisses début avril, a maintenu ses barèmes inchangés, explique Empruntis. Seuls les réseaux ou caisses régionales dont les taux étaient particulièrement au dessus du marché ont appliqué quelques baisses, qui se répercutent sur les taux moyens affichés ».

Crédit Immobilier
Simulateurs immobiliers

Evaluez gratuitement les offres de plus de 100 banques !

Pour les semaines à venir, Empruntis n’entrevoit pas de mouvement significatif. « Les derniers barèmes que nous avons reçus font état d’une stabilisation quasi-générale, on peut donc penser raisonnablement que les taux des crédits aux particuliers ont cette fois, réellement atteint leur plancher », indique-t-il, jugeant que le scénario d’un statu quo restait « la solution la plus crédible pour les deux mois à venir ».

Emmanuel Salbayre - ©2017 LaVieImmo
Donnez votre avis
Vous devez être enregistré pour pouvoir poster sur cet article
(il vous reste 2000 caractères)

  • 0 Reco 04/05/2010 à 11:33 par UFFA 92

    Le marché français ne se maintient artificiellement que grâce à ces taux bas. Comme ils vont obligatoirement remonter, il est facile de comprendre la suite...